Version imprimable

Deux poèmes
Un jour sans colère / Je ne sais pas

Un jour sans colère

Fin d'une colère, passion triste

La foudre s'est noyée,
Et dans l'onde du crépuscule l'on voit fondre dans l'ombre longue du ruisseau 
ses derniers soubresauts.


La poudre des yeux     
                           meurtriers
                                         est tombée;

L'arbre démaquillé,
branches toutes hérissées 
de poussées carnavalesques,
de mystiques envolées, 
d'éructations d'ailes d'oiseaux déchiquetées,
de moulinets donquichottesques,
de bruissements simiesques,
s'est rhabillé ;
A cessé désormais d'ululer à la nuit,
A cessé de vouloir 
                          de sa pointe 
                                           crever, déchirer
                                                                l'antre des nues,
                                                                                       le sommier cru.

Les murs enfin se sont assis
                                          et le ciel 
                                                     sans abcès 
                                                                     aux gestes assouplis 
                                                                                                   tient dans sa paume
                                                                                                                               une lune endormie.

© Éric Lemière, mai 2016
 

Je ne sais pas

Je ne sais pas l’algèbre des fruits.
Je ne sais pas l’herbe du paradis, les pavés de l’enfer.
Je ne sais pas l’odeur du serpent, ni le cœur de l’agneau.
Je ne sais pas la certitude des pierres, la force des torrents, les paillettes du regard éternel, sous la paupière des étoiles.
Je ne sais pas les ballons lâchés du vouloir, l’abandon d’aimer, 
les ineffables tréteaux de la pensée.
Je ne sais pas l’instant, je ne sais pas le temps suspendu ;
Je ne sais pas l’arrêt de la flèche sur le cadran des heures.
Je ne sais pas la coupure des freins sur des routes en descente, sans bornes ni panneaux ;
Je ne sais pas l’insouciance de l’eau ;
Je ne sais pas l’or pur de l’ignorance, le désembourbement des marées, l’égrillage des cages,
le sage équarrissage des corbeaux de la peur.
Je ne sais pas où j’erre sous mes masques.
Je ne sais pas le lointain de mon prochain.
Je ne sais pas l’écume des choses, la profondeur d’une rose.
Je ne sais pas le lourd interrupteur de la douleur, le déminage du désir.
Je ne sais pas la liberté intime, je ne sais pas l’arbitre.
Je ne sais pas l’alchimie des mots, le vrai du faux, la fuyante mutation du verbe ;
Je ne sais pas la grâce, je ne sais pas l’indualité.
Je ne sais pas le goût du sang du Christ.
Je ne sais pas l’œil du cyclone, le ventre de Bouddha.
Je ne sais pas le bonheur sous cellophane, la sommation du bien-être, 
la consommation sans consumation.
Je ne sais pas l’euphorie perpétuelle.
Je ne sais pas l’extase sans obstacle de l’anachorète ;
Je ne sais pas le quotidien sans poids.
Je ne sais pas le pourquoi de la beauté, ni la raison d’espérer.
Je ne sais pas la direction de mes sens, la musique de mes pas.
Je ne sais pas le miracle permanent d’exister.
Je sais seulement :

    LA JOIE DE VIVRE !

© Éric Lemière, 21 juillet 2011
Extrait de son recueil
Des dits cassés... et recollés, journal poétique 2011, L'Harmattan
On peut écouter le texte lu par l'auteur sur sa chaîne Youtube.

Précédent