Version imprimable

Le merveilleux du temps passé / Le merveilleux

Le merveilleux du temps passé

Il était autrefois, dans un site enchanté,
Une aimable chaumière au manteau de verdure.
Un saule larmoyant, au rameau argenté,
Agitait sous le vent son ample chevelure
Et dans le jardinet, devant le pavillon,
Une charrette en bois piquait un roupillon.

Ses deux grands bras tendus invitaient le passant
À lui abandonner tracas et lassitude
Puis à franchir le seuil qu’un gnome souriant
Indiquait du bonnet. Pleins de sollicitude,
Lutins et farfadets conduisaient les enfants
Aux conteurs en babouches et pantalons bouffants.

Ces baladins chantaient et mimaient leur récit :
Licornes et dragons, magiciens et princesses
S’animaient tout à coup. Des combats sans merci
Faisaient rage devant de sombres forteresses…
Les bambins éblouis n’en croyaient pas leurs yeux
Et ne pouvaient quitter cet antre merveilleux.

Las, on allait bientôt éteindre la bougie
Et rouvrir les volets sur le monde réel.
Alors, le cœur battant rempli de nostalgie,
La tête ivre de rêve et de surnaturel,
Les enfants s’en iraient, espérant que demain,
Un autre Peter Pan les prendrait par la main.


© Nadine de Vos, octobre 2018.

 Le merveilleux

De la meringue raffinée,
Légère et croquant sous la dent,
De la chantilly satinée,
Un peu de chocolat fondant.

Le tout, en exquise alchimie,
Viendra réjouir le palais
Des férus de gastronomie,
Des gourmands et autres gourmets.

Ce dessert est né en Belgique
Dans l’atelier d’un bon faiseur
Pris d’une inspiration magique
Digne du plus grand confiseur.

Roi des goûters de mon enfance
Ce caprice béni des dieux
Au doux parfum d’insouciance
Porte le nom de « merveilleux ».

© Nadine de Vos, octobre 2018

Du merveilleux, comme du gâteau éponyme, on peut se délecter mais sans en abuser.

Ce gâteau ravit les gourmands belges depuis très longtemps (au moins depuis la moitié du XXe siècle).
En France, certaines pâtisseries, originaires du Nord, sont assimilées à notre Merveilleux bien qu’elles
soient parfois très différentes et portent souvent d’autres noms.

PrécédentSuivant