Version imprimable

Merci Marc !

1993 - Naissance de la Cave à Poèmes avec l'aide de Marc

Lire l'historique par Gérard Trougnou

2019 - Hommage à Marc

Je voudrais tout d’abord au nom de tous les participants de la Cave à poèmes qui se réunissent chaque lundi soir dans la salle de la Bohème présenter nos condoléances sincères, attristées, reconnaissantes à tous les membres de la famille.

Depuis la triste nouvelle, des témoignages de sympathie en grand nombre nous sont parvenus.

Marc nous accueillait toujours, chaleureux, attentif, aux petits soins des habitués du Cercle, se refusant d’ailleurs à intervenir comme nous lui avions proposé. Modestie d’abord !

Quand il s’est retrouvé souffrant, en arrêt de travail définitif – cela a duré 3 ans – il vint parfois nous voir quand son état de santé précaire le permettait. Il s’installait en haut de l’escalier, en observateur érudit, ô combien !, de la scène, c’était son amour pour la poésie, sa relation privilégiée avec les poètes.

Et puis certains d’entre nous ont eu le privilège d’entretiens plus développés. Il représentait alors pour nous l’histoire du théâtre des Déchargeurs grâce à Vicky Messica l’immense fondateur.

Il nous plongeait au cœur de la frémissante vie théâtrale, il faisait revivre pour nous ses rencontres avec les comédiens.

La passion l’animait quand il parlait, et je dirais aussi combien nous étions sensibles à l’art du conteur relatant les souvenirs épiques.

Et je conclus avec le court poème que j’ai composé pour lui :

Tu étais le bienveillant protecteur
De tous ces poètes qui s’agitaient
Sur la scène chérie, emblématique

À force allitérations, assonances
Le chant de la poésie s’élevait
Du sous-sol de la Cave et jusqu’aux cieux

Impassible et vibrant tu le cueillais
Au vol, en ton écoute si profonde.
Merci Marc

Le 10 janvier 2019
Jean-François Blavin

*  *  *

À Marc Legrand

Le jour de son enterrement, je ne ponce pi qu’il eût tama que l’on prone, mais plato, que l’on ru...

Si c’est potemble...

Il mo ludada.

Le jour de son enterrement, je ne pince pu qu’il eût tamin que l’on pline, mais potin, que l’on ra...

Si c’est passomble...

Al mi lalado.

Le jour de son enterrement, je ne pousse pas qu’il eût tami que l’on pleuve, mais plutôt que l’on ran...

Si c’est piton...

Ol ma dododu.

Le jour de son enterrement, je ne pense pas qu’il eût aimé que l’on pleure, mais plutôt que l’on rie...

Si c’est possible...

Il me l’avait dit.

Christian Gros.

*  *  *

À Marc Legrand

Vigie de nos inquiétudes à l’heure de proférer
C’était chaleureuse nature que tu offrais
Simple et généreux, tu œuvrais curieux
Jusqu’à la dernière limite

Alors nous osions braver le trac
Nous osions déclamer, bégayant ou tonnant
C’est sur cette scène de la Cave en premier
Que j’ai osé aller.

Merci Marc, Merci de ta chaleureuse confiance
Douce paix là où tu es

Nicole Barrière

Merci à ceux qui ont continué cette belle œuvre de la rencontre qui permet de donner voix aux poètes (Gérard, Jean-François et Pierre… et tous les autres amis de la Cave à poèmes. Longue vie aux poètes…)

*  *  *

À Annabelle, fille de Marc

Annabelle _                                                                         ___sa marque’, en miroir,
                                                                                                   __À
Gérard,
« fidèle rebelle » _
« belle’ et rebelle » _
notre Caviste ribambelle _
                           Marc Legrand, dit Marco,
                                                      désormais, Le grand’ Arc’, en ciel, de notre’ écho,
                                                      Marc, et Le grand’ écot,
ta propre quote - part,
Avec’
Gérard Trougnou, et,         Vicky Messica,
pour La Cave’ À Poèmes,                           
                                    ses Déchargeurs,
                                    distillateurs, d’eau - de - Vie, Mar c, de poèmes, en’ écho,
en Vie, À La Bohème, pas bobo, en tout cas,
À notre quote - part,
en Luth ... À Lyre ... L’Art -
piste
_ La Poésie, en Larmes’ _ ou qui se marre’,
                                                      et, À Laquelle nous’ Apportons notre’ écot ...
« je ne trempe pas ma plume’ dans’ un’ encrier,
mais dans La Vie »
,
Blaise Cendrars’, L’homme’ foudroyé, banco ...
Vivre Livre se Livre, déLivre se déLivre’,
et des Livres ... des Livres,

Marco, Adieu !
À toi, ces Vers _ qui se Veulent doux, mélodieux ...

Nivose’ 2019,
Marco, désormais neuf ...                   _____         en bière, Les’ yeux fermés, Le regard intérieur,
                                                      Le sourire’ intérieur,
du cœur À L’Âme’, Amour, Le Lien, humain, entier,
À féeminine flamme _ Lien d’humanité, Lien d’Amour d’Amitié,
Au creuset, désarmé, de tes traits’* épurés’, en fin désemmurés, pacifiés’, unifiés’, Apaisés’, ouverts Au Vent d’Orient, d’extrême’- Orient, bouddhiste _ Vent, doux, Alizé,
du Souffle de L’Esprit, hors de L’espace - temps,
qui, sans Laisse, nous Laisse’ pris’, Au sutra du Lotus’, À L’encens’, en chantant ...

Marco est’ immortel,
hommage d’un mortel ...                            n’en déplaise comparse, hante Transsibérien,
                                                      Avec’
Blaise Cendrars’, Antre des Bohémiens,
Marco, tu nous marquas,
À toi,
Gilles Roca,                                                                                  ___* neuf(s)